Banque des pros : Société Générale rachète la néo-banque Shine

LES FAITS

  • Shine poursuivra ses activités et son développement de manière indépendante, tout en profitant du soutien de Société Générale, tant sur le plan financier qu'en matière de commercialisation de son offre. L'objectif est notamment d'enrichir son offre en créant des ponts avec les produits Société Générale (crédit, assurance, etc.)
  • La FinTech continue donc de proposer son compte professionnel numérique et ses services associés (facturation, calcul des charges, simplification comptable…).
  • Société Générale vient de prendre une participation majoritaire dans la FinTech et envisage de racheter l'ensemble de ses parts auprès des investisseurs historiques (Daphni, X-change et Kima Ventures) au cours des prochaines années. 
  • Si le montant de la transaction n'a pas été dévoilé, il pourrait être estimé à plusieurs dizaines de millions d'euros, voire 100 millions d'euros au total selon certains observateurs, alors que la start-up n'a levé "que" 10,8 millions d'euros depuis son lancement en 2018. 

ENJEUX

  • Une croissance très rapide sur le segment des professionnels. Shine fait partie des nombreuses néo-banques BtoB du marché français. Elle s'est cependant lancée tardivement et a connu une croissance forte et rapide. Depuis son lancement, elle a séduit 70 000 clients.
  • Associer les forces : Société Générale met ainsi la main sur un acteur prometteur d'un secteur à fort potentiel. De grandes banques historiques ont effectué un virage pour lancer de toutes pièces une néo-banque pour les pros (à l'instar de Crédit Agricole avec Blank) ou s'adjoindre les services d'un acteur déjà en place. C'est ce dernier choix qu'a fait Société Générale, qui rattrape ainsi le temps perdu. Son rachat de Shine vise ainsi à consolider ses ambitions, alors que le groupe porte déjà une autre initiative à travers Prismea lancée par Crédit du Nord.

MISE EN PERSPECTIVE

  • Shine a multiplié les initiatives pour s'imposer sur un marché très convoité ces derniers mois. En juillet dernier, la FinTech a faut le choix de la montée en gamme pour convaincre, avant de lancer une bourse de soutien à destination des entrepreneurs, puis de présenter une assurance contre les risques liés aux factures impayées.
  • Sur le marché français, deux acteurs se distinguent sur le segment des professionnels :
    • Qonto, qui compte 75 000 clients et vise l'obtention prochaine d'une licence d'établissement de crédit pour faire de sa néo-banque une banque de pleine exercice.
    • Memo Bank (ex-Margo Bank), qui a la particularité de s'être lancée (il y a quelques jours à peine) à partir d'un core banking construit à partir de zéro et d'être nativement dotée d'une licence bancaire.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus