Yolt, l’agrégateur d’ING, débarque en Italie et bientôt en France

Après le Royaume-Uni, l’agrégateur de comptes de la banque ING Direct s’installe sur un nouveau marché européen : l’Italie. La France est aussi en ligne de mire. La banque néerlandaise a entamé cette expérience il y a deux ans et concrétise aujourd’hui son annonce d’en faire un outil pan-européen.

Yolt est un agrégateur de comptes permettant à ses utilisateurs, depuis une application mobile dédiée, d’avoir une vue d’ensemble et de pouvoir simplement gérer l’ensemble de leurs finances personnelles.

La particularité de Yolt est d’avoir été lancé sur un marché où la banque n’était pas présente. A son lancement en bêta en 2016, elle annonçait pourtant déjà son intention de le diffuser plus largement.

Après le Royaume-Uni, les utilisateurs d’Italie pourront utiliser ce service. Cette ouverture s’inscrit dans un plan pan-européen mené par ING pour faire de son service une plate-forme la plus ouverte possible.

Mise en perspective : Une vision précoce de l’open-banking qui se concrétise aujourd’hui

ING présentait son agrégateur de comptes sur le marché britannique en octobre 2016. Cette initiative prenait la forme d’une reconquête pour ING, après quatre ans d’absence sur le territoire. En version bêta privée jusqu’en juin 2017, l’agrégateur était ensuite ouvert à l’usage de tous les mobinautes. Six mois plus tard, ING estimait que l’agrégateur Yolt avait conquis près de 100 000 utilisateurs. Ils sont aujourd’hui 300 000.

Cette réussite permet désormais à ING de concrétiser ses ambitions européennes pour ce service. My Money Coach était notamment proposé aux clients espagnols et néerlandais mi-2016, sur le modèle du CoachEpargne testé en France en 2016. A cette occasion, la banque communiquait sur son intention de déployer à l’échelle européenne un agrégateur et outil de PFM doté de fonctionnalités prévisionnelles. C’est chose faite aujourd’hui avec Yolt.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la DSP2, la banque se dote d’un outil lui permettant de mieux connaître ses clients pour leur proposer des offres contextuelles ; sur le modèle des FinTech qui ont contribué à l’émergence de l’open-banking. Benoit Legrand (directeur innovation d’ING) profite d’ailleurs de cette annonce pour rappeler que la banque orange travaille actuellement avec 150 FinTech dans le monde… une infusion qui porte aujourd’hui ses fruits.

 

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus