BEST OF des innovations de l'année 2017

BEST OF des innovations de l'année 2017

Open-banking : DBS Bank livre plus de 150 API !

Dans le grand bouleversement de l’open-banking, la banque singapourienne frappe très fort en présentant sa vision du partage des données bancaires. Elle affiche désormais ce qu’elle qualifie comme le plus riche portail au monde pour une institution financière, avec pas moins de 155 jeux de données mis à disposition des développeurs. Son initiative dénotepar sa richesse en termes de partenariats et de fonctionnalités.

DBS devient ainsi le champion d’une tendance de fonds portée par d’autres banques, comme BBVA ou BPCE par exemple. Les applications en sont très nombreuses et permettent d'imaginer que des données "powered by DBS" seront bientôt présentes partout à Singapour et à l'étranger.

 

 

Paiement : Curve gère les paiements carte a posteriori

Curve est connue pour sa multicarte connectée MasterCard et pour l’application mobile de gestion et de sélection associée. Elle va plus loin encore en présentant Financial Time Travel : un outil de sélection a posteriori, permettant de router les dépenses sur la carte de son choix après que la transaction a été effectuée. Ce voyage dans le temps illustre la vision très disruptive de Curve, qui lève pour ses clients tous les freins liés à l’utilisation d’une carte.

Ce lancement s’est accompagné de la présentation de Curve Connect qui connecte Curve à des banques et émetteurs, faisant de l’application un agrégateur de services financiers. Au vu de ces développements, Curve se positionne comme un portail unique pour gérer l’ensemble de ses cartes, ses crédits, son cash-back, ainsi que divers services financiers. Le tout pour les clients professionnels et pour les particuliers, puisque Curve a également annoncé le lancement d’une version BtoC de sa carte.

En savoir plus : https://www.youtube.com/watch?v=Z4x9tTGrBdM&feature=youtu.be

 

RH : La Parisienne introduit la co-création dans le ComEx

Conséquence de leur transformation numérique, les grands groupes financiers sont engagés aujourd’hui dans un renouvellement profond de leur organisation. C’est ce que traduit le cas de La Parisienne Assurance qui intègre désormais ses salariés dans ses efforts en revisitant le format du ComEx. L’assureur a lancé le Bespoke Forum, une réunion hebdomadaire lors de laquelle tout membre de la société peut proposer un sujet de discussion aux membres du comité de direction et le défendre. Une initiative qui traduit le renversement total d’équilibre induit par cette transformation.

Ces grandes manœuvres montrent à quel point les entreprises ont pris conscience des bouleversements que le numérique a induit dans leur organisation, qu’il s’agisse d’offre, de communication, de modèle économique ou de RH. La Parisienne est cependant un des rares cas à s’attaquer à une instance immuable pour y apporter un vent de nouveauté. Elle n’est pas sans rappeler la Macif qui a créé il y a quelques temps un comité d’administration Jeunes.

 

Distribution : Des TechXperts pour revaloriser l’agence bancaire

Alors que les annonces de fermetures ou d’automatisation des agences se multiplient, NatWest et RBS défendent pour leur part tout l’intérêt de faire intervenir des conseillers dans leurs agences. L’idée est simple et repose sur une spécialisation, permettant de réconcilier numérique et intervention humaine. NatWest et RBS ont en effet décidé de déployer des TechXperts au sein de leurs équipes de conseillers en agences. Ces spécialistes des technologies numériques sont chargés de familiariser les clients aux services en ligne et mobiles de la banque.

La fin de l’antinomie ? Le concept de TechXperts défend l’idée d’une complémentarité nécessaire entre conseillers humains et nouvelles technologies. Les deux banques ont testé le concept grâce à une flotte de bus. Aujourd’hui, leur intervention dans les agences du réseau redonne toute leur légitimité à ces lieux de rencontre. Il ne peut s’agir cependant que d’une solution transitoire. Quelle sera la valeur ajoutée de ces experts quand tous les clients seront eux-mêmes des experts du numérique ?

 

Assurance : La Maif crée l’assurance automobile des communautés

L’économie collaborative change les habitudes de consommation et les attentes des assurés. C’est sur ce constat que la Maif s’appuie aujourd’hui, via sa filiale Altima, pour présenter une nouvelle offre d’assurance automobile collaborative, et un partenariat avec Otherwise.

Une stratégie d'"auto-disruption". La Maif s’appuie sur une petite filiale composée d’une soixantaine de collaborateurs pour lancer un nouveau modèle d’assurance, en accord avec les attentes des usagers (personnalisation). Altima est ainsi considérée par le groupe comme un laboratoire stratégique. La Maif se dit en effet prête à « hacker » son propre modèle pour anticiper l’avenir et éviter que cette disruption ne vienne de ses concurrents.