Brink’s lance ses propres DAB en France

Brink’s lance ses propres DAB en France

LES FAITS

  • Le convoyeur de fonds américain, Brink’s, vient d’inaugurer en Bretagne son premier « Point Cash Village ». Son client ? Une commune de 5 200 habitants, qui avait perdu l’an passé son dernier distributeur, exploité par Crédit Mutuel de Bretagne.
  • Cette nouvelle offre se destine en effet aux collectivités locales, en particulier dans les zones rurales.
  • Objectif : pallier l’absence de DAB dans les zones où l’exploitation est devenue non rentable pour les banques.
  • Modèle économique : il repose sur un abonnement de 1 500 € / mois, supporté par la collectivité elle-même. Brink’s inaugure cependant un modèle qu’elle décrit comme low cost, conçu avec des partenaires pour lui permettre de baisser ses coûts. Le contrat prévoit notamment que le coût de l’abonnement pour la commune baissera plus le DAB sera utilisé.

ENJEUX

  • Vers un modèle d’intégrateur de toute la chaîne de gestion des espèces : il y a quelques jours, Brink’s annonçait avoir convaincu le groupe BPCE d’externaliser toute la gestion de ses DAB auprès de l’acteur américain. Un mouvement symbolique qui n’est pas passé inaperçu sur le marché et qui pourrait préfigurer un mouvement global, face à la baisse de rentabilité des réseaux de DAB.
  • Un tel mouvement s’est déjà propagé aux Pays-Bas où encore en Belgique, où Belfius vient de signer avec Diebold Nixdorf.
  • Un positionnement complémentaire des banques : l’objectif de Brink’s est bien de se poser en alternative, lorsque les banques se retirent d’un territoire, par manque de rentabilité. Elle envisage d’ailleurs de proposer également son offre aux banques en marque blanche.  

MISE EN PERSPECTIVE

  • Une proposition de loi contre la désertification bancaire avait été présentée au Sénat en novembre dernier. Suite à cela, la Banque de France a été missionnée et vient de publier son rapport sur l’état de l’accès aux espèces en France.
  • Brink’s gère 12 000 DAB en France.
  • Coût d’exploitation estimé d’un DAB : entre 14 000 et 25 000 € par an et par appareil. Un coût qui pourrait être réduit de 10 à 30 % en ayant recours à l’externalisation. Brink’s s’offre donc un relais de croissance dans le contexte actuel de la gestion des espèces en France.

 

Rapport de la BdF sur l’accès au cash en France

-              Un accès globalement très satisfaisant… (98,9 % de la population vit à moins de 15 minutes en voiture d’un DAB)

-              … qui masque de fortes disparités par département : la Creuse, la Haute-Saône, la Meuse, le Lot et l’Yonne ont un taux de seulement 40 à 60 % de la population ayant accès à un DAB dans leur commune de résidence.

-              Les DAB restent rares dans les communes de moins de 2000 habitants.

-              Le nombre de DAB en France métropolitaine a baissé de 5,3 % en 3 ans.

-              Une exception notable : La Banque Postale, qui a augmenté son parc.

Actualitées liées

  • Réglementation
  • Paiement
  • 31.10.2017

Le cash-back en caisse bientôt disponible en France

La DSP2 entrant en vigueur en janvier prochain devrait inclure la possibilité pour les commerçants de proposer des services additionnels à leurs clients. Elle introduit notamment le cash-back en point de vente, c’est-à-dire les retraits d’espèces aup...
  • Technologie
  • 11.09.2020

HSBC rend les GAB plus intelligents grâce à l'IA

LES FAITS HSBC vient d'annoncer le déploiement d'une nouvelle flotte de GAB à Hong-Kong. Ils ont la particularité d'être dotés d'un logiciel de gestion alimenté par un algorithme prédictif. Objecitf : savoir précisément à quel moment il...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus