Worldline résiste à la crise et se renforce en Europe de l’Est

LES FAITS

  • Le spécialiste des paiements vient de publier ses résultats du premier trimestre 2020. Ils montrent une très bonne résistance à la crise, qui s’explique par la grande diversité des activités du groupe.
  • Au total, il affiche un chiffre d’affaires de 575 millions d’euros, en hausse de 2 % (en croissance organique).
  • Son premier métier est celui qui a le plus souffert de la crise. Les services aux commerçants, qui comptent pour 46,5 % de son chiffre d’affaires, terminent le trimestre en hausse de 0,4 %, grâce à la très bonne activité des deux premiers mois de l’année. Mais à partir de mars, les volumes d’acquisition ont chuté de 30 % par rapport à la même période l’année dernière.
  • L’activité de Services financiers a connu un très bon début d’année, avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,1 %.
  • Enfin, l’activité Mobilité et services Web transactionnels a connu une croissance d’1,6 % de son chiffre d’affaires, grâce à la bonne résistance des métiers du clic & drive et du clic & collect pendant la crise.
  • Worldline en profite également pour annoncer le rachat d’une part majoritaire (53 %) du capital de GoPay, un PSP actif auprès des petits e-commerçants situés en République tchèque, en Pologne et en Slovaquie. Le rachat du capital restant devrait se faire en 2022.
  • GoPay compte 45 collaborateurs, 9 000 clients e-commerçants et a enregistré un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros en 2019.

ENJEUX

  • Une gestion prudente en période de crise. Worldline a mis en place un plan de baisse des coûts généraux. Grâce à la résistance de son activité, le groupe s’attend désormais à une stabilité de son chiffre d’affaires sur l’année.
  • Une diversification des métiers, clé de sa réussite. Pendant la crise, les différentes branches de Worldline ont connu des résultats très contrastés. Sans surprise, l’activité historique de service aux commerces physiques a connu une très forte chute, en raison des fermetures de magasins. Sans surprise non plus, l’activité d’e-commerce s’est envolée dans certains secteurs, comme l’alimentaire ou le divertissement en ligne. C’est cette diversité qui permet aujourd’hui au groupe de résister et de viser la stabilité de son chiffre d’affaires.
  • La poursuite de l’internationalisation. Worldline continue dans le même temps ses acquisitions, avec GoPay, qui lui permet de renforcer sa position en Europe de l’Est.

MISE EN PERSPECTIVE

  • D’autres acteurs de l’e-commerce affichent de très bons résultats malgré la crise. C’est le cas par exemple d’Adyen, qui vient de publier un chiffre d’affaires en hausse de 34 % par rapport à l’année dernière.
  • D’autres, comme Stripe, continuent d’investir, car ils sont fortement positionnés auprès de clients du commerce digital, dont les flux de transaction ont augmenté.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus