WeSave : de la gestion de patrimoine à l’agrégation

WeSave : de la gestion de patrimoine à l’agrégation

Plate-forme de gestion de patrimoine en ligne, WeSave avait adopté un positionnement plutôt haut de gamme à l’origine. Elle s’est néanmoins ouverte au fil des ans afin de pérenniser son activité. Aujourd’hui, elle lance un agrégateur de comptes d’épargne et d’investissement, dans un contexte réglementaire encore flou.

WeSave lance WeSave Conseil. Cet agrégateur de comptes se présente comme un outil complet d’analyse et de conseil pour les placements et l’épargne. Annoncé depuis 2016 et présenté dans sa version bêta, le service est gratuit mais pourrait devenir payant par la suite.

WeSave Conseil agrège l’ensemble des contrats d'assurance-vie, comptes-titres ou PEA détenus par ses utilisateurs, quels que soient la banque ou l’organisme financier. En s’appuyant sur les algorithmes du robo-advisor WeSave, l’agrégateur est aussi capable d’en analyser la performance pour donner des conseils à l’utilisateur. Il prend aussi en compte les frais afférents à chaque contrat.

A terme, elle ambitionne de pouvoir passer des ordres sur ces différents comptes. Autre piste de développement, la start-up envisage de déployer une offre destinée au marché BtoB.

Mise en perspective : Agrégateurs et robo-advisors partenaires

WeSave concrétise ici une annonce datant de 2016, pour un service auparavant baptisé WeLearn, présenté comme un agrégateur à visée pédagogique. WeSave Conseil apparaît ainsi comme le premier agrégateur dédié à l’épargne et l’investissement en France.

Il intervient sur le marché dans un contexte réglementaire encore flou, lié à la transposition de la DSP2. Les normes techniques réglementaires (RTS) viennent d’être adoptées par la Commission Européenne. D’ici 2019, les banques vont être dans l’obligation d’ouvrir leurs données dans le cadre du développement d’API. Si l’annonce est plutôt une bonne nouvelle pour les agrégateurs, il semble qu’à court terme, leur mise en œuvre représente plutôt un frein à leur activité en l’absence de solution transitoire. Les banques françaises sont en effet à la traine dans le développement d’API, comparées par exemple à certaines banques asiatiques (comme DBS). En outre, les comptes d’épargne restent en dehors du champ d’application de la DSP2 ; les banques ne seront donc pas tenues d’en ouvrir l’accès par le biais d’API.

Dans ce cadre, l’initiative de WeSave apparaît inédite et ambitieuse, mais pourrait être difficile à mettre en œuvre. WeSave a pour objectif de compter 100.000 utilisateurs et d’agréger 10 milliards d'euros d'ici 2020. En parallèle, son concurrent Yomoni a récemment passé un accord avec Bankin’ pour créer un « super-coach » financier. Les ambitions de ces acteurs semblent donc converger malgré les freins réglementaires…

Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=K7nlk4nY7Ao

Actualitées liées

  • Innovation
  • Banque au quotidien
  • 11.12.2017

Bankin’ structure son approche du marché BtoB

Avec Linxo, Bankin’ faisait jusqu’ici figure d’agrégateur BtoC par excellence sur un marché florissant. Néanmoins, un modèle économique freemium a déjà poussé d’autres acteurs à se tourner vers un autre marché, celui des professionnels. C’est aujourd...
  • Innovation
  • Epargne
  • 12.09.2017

Bankin’/Yomoni : un super coach financier en gestation

Cette rentrée est marquée par une association inédite en France, entre deux FinTech de premier plan. L’application de gestion des finances personnelles Bankin’ se lie en effet au robo-advisor de l’épargne Yomoni, avec l’ambition de consolider leur po...
  • Innovation
  • Marketing
  • 04.10.2018

Retail Analytics : Vectaury traque les consommateurs

Vectaury est une start-up française qui a transposé le tracking cookie au monde physique. Sa solution permet aux marques et aux grands distributeurs de suivre les déplacements de leurs clients et de calculer l’efficacité de leurs campagnes marketing....
  • Innovation
  • Technologie
  • 26.10.2018

JPMorgan Chase s’ouvre à l’open-banking avec Plaid

Via ce partenariat avec l’agrégateur américain, la banque va connecter ses API avec celles des nombreuses FinTech déjà clientes de Plaid. Elle permettra ainsi à ses clients de visualiser clairement avec qui ils partagent leurs données. Elle s’offre a...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus