Un nouvel agrégateur débarque de Suède

LES FAITS

  • La France vient d’accueillir un nouvel agrégateur de comptes bancaires. Baptisé Tink, il vient directement de Suède, après avoir conquis les pays nordiques et le Royaume-Uni.
  • Deux services en fonction de ses cibles :
    • BtoB : une technologie d’Open Banking dans le cloud, reposant sur une API unique, fournie à ses clients bancaires et fournisseurs de services financiers.
    • BtoC : un service d’agrégation de comptes bancaires et un PFM à destination des consommateurs.
  • Modèle économique : tarification fixe ou à l’usage pour la mise à disposition de son API au-delà de 100 utilisateurs par mois.
  • L’annonce officielle du lancement français de Tink n’a pas encore eu lieu, mais d’après le Journal du Net, la FinTech aurait déjà recruté un responsable local pour tenir des bureaux ouverts en mai à Paris.
  • Le service devrait être opérationnel en septembre prochain dans l’Hexagone, après une phase de tests menée avec de grands comptes, pour le moment anonymes.

 

CHIFFRES-CLES

  • 2012 : Lancement du service
  • 500 000 utilisateurs de l’application
  • 56 million d’euros levés début 2019
  • 300 employés d’ici fin 2019
  • Les comptes de 500 banques connectées en Europe
  • Une cinquantaine de banques clientes de son offre Open Banking

 

ENJEUX

  • Accompagner la mise en œuvre de la DSP2 : l’extension territoriale du service Tink découle directement de la mise en application de la directive européenne. Tink précise que la France est pour elle un pays stratégique, où de gros agrégateurs sont déjà présents, mais où la conformité de l’ensemble des acteurs du marché est encore loin d’être acquise, ce qui lui offre beaucoup d’opportunités.
  • S’imposer comme une référence en Europe : La France sera le dixième pays d’implantation pour Tink, qui a déjà su s’imposer dans l’ensemble des pays nordiques. Suivront l’Italie et les Pays-Bas.

 

MISE EN PERSPECTIVE

  • Bankin', Lydia et Linxo, sont autant d’agrégateurs qui opèrent déjà sur le territoire français. Tout comme Tink, ces acteurs misent avant tout sur leur offre BtoB en marque blanche pour rentabiliser leur activité.
  • Pour s’imposer, Tink vient aussi de compter sur l’appui financier de PayPal. Le géant du paiement en ligne vient en effet d’entrer au capital de la FinTech, devenant par la même occasion un client important de l’agrégateur.

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus