Tink : l’autre modèle de l’Open-banking à l’européenne

Tink : l’autre modèle de l’Open-banking à l’européenne

Les FinTech sont depuis plusieurs années des sources d’innovations pour les banques. Avec l’application de la DSP2, de nouvelles pépites attirent les projecteurs sur leurs solutions. C’est le cas de la start-up suédoise Tink qui, forte de son agrégateur BtoBtoC, lance désormais une plate-forme à destination des développeurs, ouvrant l’accès aux données de 300 banques nordiques.

Tink proposait jusqu’ici un agrégateur en BtoC (pour les clients finaux) et en BtoBtoC (pour ses banques clientes). La nouveauté repose sur le fait qu’elle vient d’annoncer le lancement d’une plate-forme dédiée cette fois aux développeurs.

Cette plate-forme va mettre à disposition d’entreprises tierces les données de 300 banques et institutions financières des pays nordiques, parmi lesquelles BNP Paribas Fortis, ABN Amro, SEB, mais aussi Nordea ou Klarna par exemple. Toute l’Europe sera concernée dans un second temps.

Ce dispositif doit permettre à des fournisseurs divers de créer de nouveaux produits et services financiers reposant sur les données mises à disposition par Tink. Les banques et institutions financières pourront ensuite les proposer à leurs clients (sous réserve qu’ils acceptent de partager leurs données) afin d’enrichir leurs offres.

Mise en perspective : Open-banking : la révolution se met en marche

Alors même que la mise en œuvre de la DSP2 se fait très lentement, l’Open-banking commence déjà à bouleverser le marché des services financiers, par le biais d’acteurs innovants, comme Tink qui agissent comme des moteurs. Cette tendance est aussi renforcée par la multiplication des initiatives venant des banques ; les dernières en date étant celles de RBS avec le lancement d’une marketplace, d'HSBC avec Equifax ou encore de Standard Bank avec Root pour l’assurance par exemple.

La solution de Tink se distingue par son ampleur, puisqu’elle ouvre ainsi les données de 300 banques de la région nordique. Sa plate-forme permet en effet aux développeurs d’accéder aux données des banques sans attendre que ces dernières se soient mises en conformité avec la DSP2 et aient développé leurs propres API, le principal frein à la démocratisation de l’Open-banking actuellement. Ce à 18 mois de la mise en application effective et totale de la DSP2.

Actualitées liées

  • Innovation
  • Stratégie d'acteur
  • 29.05.2018

RGPD : ABN Amro investit dans un spécialiste des données

La mise en application du nouveau réglement européen sur la protection des données personnelles a déjà ses premières conséquences, qui vont bien au-delà de la nomination d’un DPO. Aux Pays-Bas, c’est la banque ABN Amro qui innove en se rapprochant d’...
  • Innovation
  • Stratégie d'acteur
  • 05.12.2017

Retour d’expérience : Yolt atteint les 100 000 clients

Après six mois d’existence, c’est le moment du bilan pour Yolt, l’agrégateur d’ING en bêta test sur le marché britannique. Le succès de ce modèle bancaire alternatif devrait encourager la banque à passer à l’étape supérieure, à savoir l’extension de...
  • Innovation
  • Banque au quotidien
  • 11.12.2017

Bankin’ structure son approche du marché BtoB

Avec Linxo, Bankin’ faisait jusqu’ici figure d’agrégateur BtoC par excellence sur un marché florissant. Néanmoins, un modèle économique freemium a déjà poussé d’autres acteurs à se tourner vers un autre marché, celui des professionnels. C’est aujourd...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus