Robo-advisor : Nalo lève des fonds pour continuer d’évangéliser le marché français

Robo-advisor : Nalo lève des fonds pour continuer d’évangéliser le marché français
Robo-advisor : Nalo lève des fonds pour continuer d’évangéliser le marché français

LES FAITS

  • La FinTech en gestion de patrimoine Nalo vient d’annoncer une levée de fonds de 2 M€. Elle a été réalisée auprès de 67 investisseurs, clients, investisseurs professionnels et Business Angels.
  • Nalo s’est lancé en 2017, après un passage par l’incubateur de Crédit Agricole. Son offre de gestion de patrimoine automatisée, Nalo Patrimoine, repose sur une assurance-vie gérée par Generali.
  • Parcours : Le profil de l’investisseur est d’abord déterminé par un questionnaire (informations relatives au patrimoine et aux revenus, projets en cours, simulation de placement à 10 ans pour déterminer l’appétence au risque et quizz de connaissance sur les produits financiers).
  • Le portefeuille est ensuite alloué de manière différenciée pour chaque projet identifié (retraite, étude des enfants, projet immobilier, etc.), sur une sélection de 27 fonds indiciels en actions ou obligations.
  • Tarification :
    • 0,85 % de frais de gestion sur les fonds en euros et UC
    • + 0,55 % pour les fonds indiciels
    • + 0,25 % de frais sur les supports indiciels
    • Pas de frais d’entrée ni d’arbitrage. Soit 1,65 % au total
    • A partir de 250 000 € de patrimoine, le client se voit attribuer un conseiller privé.

ENJEUX

  • Recruter des conseillers en gestion de patrimoine et des développeurs informatiques pour installer son offre sur un marché français de l’assurance-vie estimé à 1 500 milliards d’euros.
  • Cultiver son indépendance via un capital réparti auprès de nombreux investisseurs, lesquels sont aussi considérés comme des ambassadeurs pour Nalo.
  • Miser sur la faiblesse des frais de transaction en comparaison avec les acteurs traditionnels (en moyenne deux fois moins), tout en proposant un service sur mesure et « humanisé ».

MISE EN PERSPECTIVE

  • Nalo considère toujours que ce marché est en cours d’évangélisation ; et pour cause, les encours des robo-advisors restent extrêmement faibles. Un acteur comme Yomoni, lancé en 2015, a capté seulement 100 M€ en 3 ans. Nalo, pour sa part, vise 1 Md€ en 5 ans.
  • Bien que les propositions soient nombreuses (Advize, WeSave, Grisbee, Investisseur Privé, etc.), Nalo mise sur un positionnement haut de gamme original, avec une allocation ultra-personnalisée et des approches différenciées au sein d’un même portefeuille.

 

Actualitées liées

  • Innovation
  • Epargne
  • 22.10.2018

Yomoni veut accélérer grâce à l’épargne salariale

Le robo-advisor Yomoni vient de fêter ses trois ans. Il annonce le lancement d’une nouvelle offre d’épargne salariale digitale, destinée aux TPE et PME. L’acteur compte se démarquer par la simplicité et l’absence de frais et travaille ainsi à son obj...
  • Innovation
  • Epargne
  • 21.01.2019

Amundi rachète l’agrégateur Anatec

LES FAITS En tant que leader européen de la gestion d’actifs, Amundi accélère aujourd’hui son engagement sur le marché de l’agrégation de comptes en rachetant la totalité des actions du créateur de WeSave, robo-advisor et agrégateur dédié à la...
  • Innovation
  • Epargne
  • 06.06.2017

Un robo-advisor pour les CGPI

Les conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) sont au cœur d’une petite révolution en France. Celle-ci est entamée par la FinTech Fundee, dont l’offre leur est exclusivement réservée. Une première française mais pas mondiale.
  • Innovation
  • Epargne
  • Investissement
  • 15.10.2018

Investisseur Privé : nouvelle FinTech de gestion privée

Les fondateurs de Quantalys, société de données et d’analyse financière, ont investi pour le lancement de la nouvelle plateforme en ligne de conseil et de distribution, Investisseur Privé. L’objectif est de réunir en un seul et unique site l’ensemble...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus