Observatoire Paiement mai 2020 : Place à une finance plus durable

Observatoire Paiement mai 2020 : Place à une finance plus durable

Finance éthique – Covid-19, acte II : place à une finance plus durable 

  • ROYAUME-UNI / ETATS-UNIS – La FinTech britannique GoHenry vient de lancer une carte de paiement biodégradable pour les enfants et les jeunes de 6 à 18 ans. 

  • ROYAUME-UNI – L’agrégateur TrueLayer s’appuie désormais sur son statut de PISP pour proposer aux associations caritatives d’initier des dons par virement depuis une plate-forme créée à cette occasion. 

Face à l’émergence d’une consommation « éveillée », qui s’est accélérée pendant la crise du coronavirus, le secteur du paiement voit se multiplier les solutions éthiques et responsables. En premier lieu, les cartes « green » ou caritatives sont de plus en plus nombreuses. A cet égard, Caisse d’Epargne vient de lancer une collection solidaire avec la Fondation Abbé Pierre. Quant à la néo-banque Bunq, qui a déjà lancé une carte green l’an dernier, elle vient aussi d’ajouter à sa plate-forme une fonctionnalité de don par virement. 

Et ce mouvement dépasse largement le cadre du paiement, comme viennent de le montrer la récente levée de fonds de la néo-banque éthique, Aspiration, ou encore la fonctionnalité de suivi du bilan carbone mise par BBVA à disposition des entreprises. 

Crypto-monnaies – Covid-19, acte II : bientôt l’avènement des monnaies digitales ? 

  • FRANCE – La Banque de France réalise sa première transaction en monnaie digitale de banque centrale, pour un règlement interbancaire avec Société Générale Forge. 

  • ETATS-UNIS – La messagerie Telegram abandonne définitivement son projet de crypto-monnaie sur l’injonction de la SEC. 

L’actualité récente a remis sur le devant de la scène l’enjeu de souveraineté qui guide la plupart des banques centrales vers des projets de MDBC. Si ces projets sont anciens, c’est en effet l’annonce de Facebook autour de Calibra (devenu Novi) qui leur a donné un coup d’accélérateur. Suite à son appel à candidature de début d’année, la Banque de France a réalisé sa première transaction en euro digital et devrait poursuivre ces tests. Dans le même temps, l’autre grand projet de monnaie virtuelle, qui émanait de la messagerie russe Telegram, est abandonné sous la pression du régulateur américain, mettant un terme à un projet à 1,7 milliard de dollars…

Vous êtes client ? Connectez-vous

Sinon, pour connaître les modalités de nos abonnements.

Actualitées liées