Observatoire des Paiements mars 2021 : Les solutions de paiement accompagnent le développement du marché de l’occasion

Economie circulaire Les solutions de paiement accompagnent le développement du marché de l'occasion 

  • FRANCE – Cofidis entre sur le marché de l’occasion et de l’achat entre particuliers avec Tripartie.
  • FRANCE – ParuVendu.fr s’ouvre au paiement fractionné avec Obvy.
  • ROYAUME-UNI – Diem, une nouvelle néo-banque pour faciliter l’économie circulaire, se lance sur le marché britannique.

Dès 2015, des solutions de paiement ont vu le jour sur le marché français pour mieux encadrer et sécuriser les transactions de paiement entre particuliers. C’est par exemple le cas de DepoPass, d’abord spécialisée dans l’achat de véhicules, rachetée en 2016 par le groupe BPCE. Depuis, les solutions de paiement sous séquestre se sont multipliées, offrant plus ou moins de services et s’adressant soit en direct aux acheteurs, soit aux marketplaces. Sur ce créneau, Tripartie se distingue en proposant une solution qui gère non seulement le paiement, mais aussi le règlement des litiges, qui pourraient représenter près de 20 % des transactions selon ses estimations. Aujourd’hui, ces solutions se diversifient encore pour offrir aux clients la même expérience que sur un site d’e-commerce traditionnel. C’est à cet effet que ces acteurs intègrent désormais des solutions de paiement fractionné, comme celle de Cofidis ou de Floa Bank.

Diem, pour sa part, intervient sur une autre partie de la chaîne de valeur avec une solution originale. La néo-banque propose à ses clients de racheter immédiatement leurs objets d’occasion pour se charger ensuite de la revente dans son propre réseau. L’argent est versé sur le compte de paiement relié et utilisable avec la carte de paiement virtuelle émise par Diem

 

Crypto-monnaies Lugh devient le premier stablecoin adossé à l'euro

  • FRANCE – Casino annonce le lancement de Lugh, son propre stablecoin.
  • ETATS-UNIS – Visa réalise ses premières transactions en USD Coin.

Alors qu’elles n’étaient encore qu’à l’état de projets l’année dernière, les « monnaies digitales stables », donc adossées à une devise ou à un panier de devises, connaissent coup sur coup deux annonces qui les rendent plus palpables.

D’abord le projet de Casino : à ce stade, il consiste à émettre des Lugh, dont la valeur est adossée à celle de l’euro et qui serviront de support d’investissement. Mais à plus long terme, l’ambition de Casino est de fédérer un certain nombre de distributeurs au sein de son projet pour faire de Lugh une monnaie privative de paiement et de fidélisation au sein de son réseau.

Du côté de Visa, l’annonce confirme que les ambitions du scheme sont les mêmes que celles de Mastercard, qui annonçait il y a quelques mois son intention d’intégrer les stablecoins à son réseau de paiement. Aujourd’hui, Visa conduit un pilote qui lui a permis d’accepter des transactions en USDC, via la blockchain d’Ethereum et de payer le commerçant final en dollars, puisque ce stablecoin est adossé au dollar.

Vous êtes client ? Connectez-vous

Sinon, pour connaître les modalités de nos abonnements.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus