N26 arrive en France avec des services payants

N26 arrive en France avec des services payants

N26 prépare son retour en France et commence déjà à prospecter. Une question de jours, puisqu’elle est attendue ce mois-ci. Elle a tiré les enseignements de son entrée sur le marché naissant des néo-banques et opte pour une approche partiellement payante.

Outre la tenue de compte, proposée gratuitement, N26 mise sur un modèle payant. Elle facturera de 30 à 70 euros de frais à ses clients chaque année. Les cartes classiques coûteront 29 euros par an et 70 euros pour l’offre premium « N26 Black ».

Son modèle s’appuie ainsi sur plusieurs leviers : des offres de base gratuites (paiements cartes en France et à l’étranger, retraits DAB en zone euro), auxquelles s’ajoute des frais d’1,7 % sur les retraits hors euros. Et un service haut de gamme payant, avec assurance et retraits gratuits (euros et autres devises).

Les démarches engagées précédemment pour adresser le marché français devraient bientôt porter leurs fruits. Selon la FinTech, outre des impératifs réglementaires, ce contretemps serait en partie lié à un nombre trop important de demandes de la part des clients potentiels.

Notre analyse : Sacrifier la gratuité pour construire un modèle viable

N26 est déjà présente en Allemagne et en Autriche. Elle dispose d’une licence bancaire sur son marché d’origine. En France, elle vient intensifier la compétition face à Morning (ex-Payname), Compte-Nickel, Anytime… sans oublier les filiales en ligne ou mobiles des groupes bancaires traditionnels : Hello Bank!, Boursorama, Fortuneo, ING Direct, etc.

Comme la plupart des banques en ligne et néo-banques, N26 s’est résolue à facturer certains services. Elle a également adopté une montée en gamme avec une offre premium.

Quand bien même leurs modèles restent à peaufiner, ces nouveaux acteurs continuent de proposer des tarifs attractifs défiant ceux des banques traditionnelles. Ils inspirent d’ailleurs aussi des acteurs de l’encaissement, également en quête de relais de croissance : Lydia, par exemple, qui vient de lancer sa carte de paiement « connectée ».

Actualitées liées

  • Innovation
  • Banque au quotidien
  • 15.03.2017

Retour d’expérience : N26 affiche son succès

Avec 300 000 clients à ce jour, N26 affiche sa réussite et se présente désormais comme l’un des leaders de la banque mobile à l’échelle européenne. La néo-banque allemande a su imposer son modèle et réussir le pari d’une conquête européenne en un tem...
  • Banque au quotidien
  • FinTech
  • 28.10.2016

N26 mise sur le premium avec une Black MasterCard

La banque allemande N26 vient d’annoncer le lancement d’une offre premium, baptisée N26 Black. Elle repose essentiellement sur une carte haut de gamme, assortie d’assurances gérées par Allianz. La banque, dont on attend le retour en France au mois de...
  • Cartes de paiement
  • Paiement
  • 07.12.2017

N26 lance une nouvelle carte haut de gamme

N26 présente une carte de débit Mastercard premium, baptisée N26 Metal. Cette FinTech d’origine allemande poursuit son expansion tant en termes de déploiements géographiques que de services. Sa stratégie de montée en gamme s’étoffe et se précise avec...
  • Paiement
  • Stratégie d'acteur
  • 13.04.2018

Compte-Nickel change de braquet

Rachetée il y a tout juste un an par BNP Paribas, la néo-banque change de nom et s’appelle désormais Nickel. Le service de compte bancaire commercialisé par les buralistes annonce par la même occasion un changement d’identité complet (un nouveau logo...
  • Paiement
  • 24.05.2018

Retour d’expérience : Nickel Chrome démarre fort

La Financière des Paiements Electroniques n’en finit pas de se réjouir de la réussite de son modèle inédit, celui de Compte-Nickel. Le groupe réussit aujourd’hui un virage attendu en dehors de son modèle initial, auprès d’une cible plus haut de gamme...
  • Innovation
  • FinTech
  • 21.06.2017

Retour d’expérience : Succès hexagonal pour N26

Lancés fin 2016 en France, les services de N26, start-up allemande devenue banque alternative, semblent déjà avoir fait leurs preuves sur ce nouveau marché. Malgré une offre partiellement payante, les Français semblent réceptifs, comme en témoigne le...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus