Lovys rachète un spécialiste de l’IA

Lovys rachète un spécialiste de l’IA

LES FAITS

  • La start-up de l’AssurTech Lovys est à l’origine d’une application mobile de souscription de produits d’assurance (habitation et smartphone). Elle compte aujourd’hui enrichir son offre grâce à l’IA.
  • Pour cela, Lovys vient de mettre la main sur une autre start-up, plus technologique, capable d’appliquer l’Intelligence Artificielle à l’assurance nomade.
  • Baptisée Ockert, cette start-up française s’engage aujourd’hui à intégrer aux produits de Lovys ses algorithmes anti-fraude afin de faciliter la tarification et le traitement des sinistres.
  • La technologie d’Ockert est notamment adaptée à l’assurance de tous les terminaux nomades. Elle permet d’assurer un objet en le photographiant et en activant le tracking par géolocalisation.

CHIFFRES CLES

  • 50 algorithmes anti-fraude Ockert
  • 2018 : création d’Ockert
  • 2017 : Création de Lovys
  • 3,3 millions levés par Lovys en juillet dernier pour soutenir son modèle d’assurance sur abonnement
  • 3 investisseurs : Maif Avenir, Portugal Ventures et Plug&Play

 

ENJEUX

  • Favoriser la résolution des sinistres par le numérique : Lovys s’est engagée dans la voie du déploiement d’une offre 100 % numérique et ajoute aujourd’hui une pierre à son édifice technologique grâce à Ockert. Cette stratégie lui permet de valider une indemnisation en une à deux heures, que ce soit pour un sinistre habitation ou pour un bris de smartphone.
  • Automatiser les processus : L’enjeu du rachat d’Ockert et de l’intégration de sa technologie est précisément de raccourcir le processus de traitement des sinistres qui, grâce à l’IA, peut se faire en quelques secondes. Lovys cherche aussi à détecter les défauts éventuels des appareils avant de les assurer.  

 

MISE EN PERSPECTIVE

  • Outre l’assurance habitation et smartphone, Lovys prévoit par la suite de déployer son modèle en lançant une assurance automobile (avec la MAIF), une assurance voyage et une assurance animaux. L’intégration de l’IA à son offre actuelle devrait donc par la suite s’étendre pour toucher une plus large palette de produits.
  • Lovys s’est fixé pour objectif de séduire 10 000 utilisateurs d’ici la fin de l’année.
  • L’assurance à la demande ne semble pas décoller pour le moment en France, malgré la multiplication des offres (Luko, Wilov, Moonshot Internet, etc.). Lovys, elle, mise sur un modèle un peu différent à base d’abonnement : le montant mensuel payé par le client est modifiable chaque mois en fonction des objets inclus dans le contrat. En revanche, sa proposition repose également sur l’absence d’engagement.
  • Autre défi pour la start-up : gagner en visibilité en finançant plusieurs campagnes marketing pour travailler sa notoriété. Pour ce faire, elle a passé  un accord avec des comités d’entreprise qui font la promotion de son offre auprès de 5 millions de salariés.

Actualitées liées

  • Assurances
  • Innovation
  • 19.04.2019

Lovys consolide son offre d’assurance habitation

LES FAITS Lovys était jusqu’ici spécialisée dans l’assurance à la demande des smartphones et des appartements. Mais aujourd’hui, son offre concernera aussi les maisons et les biens des PNO (propriétaires non occupants).
  • Assurances
  • Innovation
  • 21.12.2017

Lemonade séduit SoftBank par son modèle atypique

Encore une start-up de l’AssurTech capable de susciter l’intérêt des plus grands groupes. Cette fois, il s’agit de la compagnie d’assurance Lemonade. Ses dernières innovations technologiques et son positionnement unique sont parvenus à attirer le géa...
  • Assurances
  • Innovation
  • 02.03.2018

Gabi : le premier comparateur d’assurances dynamique

La comparaison d’assurances prend un nouveau tournant avec Gabi. Cette start-up américaine défend l’intégration d’algorithmes et de la technologie du data mining pour rendre la comparaison plus dynamique encore, l’idée étant de proposer un suivi dans...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus