Le groupe Crédit Agricole s’offre la FinTech Linxo

LES FAITS

  • Le groupe Crédit Agricole a annoncé une prise de participation majoritaire dans Linxo, spécialiste français de l’agrégation de données bancaires et l’initiation de paiements.
  • Objectif : proposer des services bancaires innovants, sous la forme d’une plate-forme.   
  • La banque verte est présente depuis 2016 au capital de la FinTech parisienne. Elle va désormais monter, à hauteur de 85 %, par le biais de son fonds d’investissement maison Fireca, mais aussi de sa filiale spécialisée dans le paiement, Crédit Agricole Payment Services.
  • Le reste du capital restera aux mains des dirigeants et fondateurs de la société. L’opération doit encore recevoir l’autorisation de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution.
  • Créé en 2010, Linxo propose des API, mais aussi des applications mobiles en marque blanche, couvrant les besoins des FinTech, des banques et des assurances. La FinTech proposait déjà en marque blanche ses services d’agrégation au groupe Crédit Agricole. L’opération permettra de renforcer les services vis-à-vis du groupe.  
  • Jusqu’à présent, aucune information concernant le montant de l’opération n’a été divulguée.

Linxo en CHIFFRES

  • 81 salariés
  • 3 M d’utilisateurs
  • 350 000 synchronisations de comptes chaque jour
  • Un accès à près de 320 comptes et types de comptes

ENJEUX

  • Un enjeu stratégique. Le Crédit Agricole affirme que la prise de participation dans Linxo s’insère dans le cadre du projet du groupe qui vise à faire des paiements un levier majeur de fidélisation et de conquête. L’idée étant de proposer aux clients des banques du groupe des services de paiement innovants aux meilleurs standards du marché.
  • Par ce rapprochement, Crédit Agricole sera aux premières loges pour explorer le modèle de développement de la plate-forme, déjà testé par des banques comme BBVA en Espagne ou KBC en Belgique. A cet effet, LCL vient par exemple de lancer une plate-forme de services non financiers à destination de ses clients étudiants.
  • Un rapprochement win-win. Linxo bénéficiera, quant à lui, de la puissance d’un des premiers groupes bancaires européens, ce qui devrait lui permettre de continuer et d’amplifier son développement auprès de la clientèle institutionnelle. L’opération est aussi une opportunité pour la FinTech de développer son offre en France et à l’international.

MISE EN PERSPECTIVE

  • En juin dernier, l’agrégateur de compte français annonçait son ambition d’offrir un compte de paiement dès 2020. Cela lui permettra de se distinguer de son concurrent Bankin’, qui privilégie jusqu’ici, le coaching financier.    
  • Linxo n’est pas le premier agrégateur français à avoir séduit un géant de la banque. En juillet dernier, Crédit Mutuel Arkéa faisait l’acquisition de la FinTech Budget Insight spécialisé également dans l'agrégation de données financières. Quant à Bankin’, le troisième agrégateur français indépendant, il est courtisé par Casino qui a déjà pris une participation financière dans la start-up.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus