L’AMF donne son premier enregistrement à Coinhouse

LES FAITS

  • La jeune pousse française Coinhouse et sa société sœur, Coinhouse Custody Service, ont obtenu le premier enregistrement de Prestataire de services sur actifs numériques.   
  • Objectif : commercialiser des crypto-actifs dans un cadre légal.  
  • La société parisienne a reçu le premier « enregistrement » de l’AMF en tant que prestataire de services sur actifs numériques (PSAN).
  • Lancé en 2018, Coinhouse proposait déjà de la vente et de l’achat de crypto-monnaies. Le nouvel agrément devrait lui permettre de commercialiser de manière légitime les crypto-actifs dans l’Hexagone.
  • Contrairement à la majorité des acteurs de la crypto-monnaies qui ne peuvent pas ouvrir de compte bancaire en France, Coinhouse va désormais pouvoir en ouvrir un. La société ne détient pour l’instant que des comptes en Allemagne.   
  • L’enregistrement permettra également à la plate-forme de justifier d’un dispositif conforme pour la lutte contre le blanchiment d’argent et la lutte contre le financement du terrorisme.
  • Après l’obtention de l’enregistrement, Coinhouse veut désormais postuler pour obtenir l’agrément de PSAN de l’AMF, un statut plus complet et plus exigeant. L’enregistrement n’est d’ailleurs pas une garantie d’obtention de l’agrément.

ENJEUX

  • Une étape importante. L’enregistrement obtenu par Coinhouse marque une étape-clé pour légitimer les actifs numériques dans l’industrie française. Des dizaines de dossiers auraient été déposés. La société parisienne espère que cela permettra d’accélérer les partenariats avec les acteurs de la finance traditionnelle, grâce à un statut officiel et rassurant.  
  • L’initiative conforte ainsi un peu plus un secteur en pleine reconnaissance. Dernièrement, une décision de justice du tribunal de commerce de Nanterre a assimilé le bitcoin à de la monnaie.

MISE EN PERSPECTIVE

  • Début 2019, Coinhouse annonçait une levée de fonds auprès de Consensys Ventures afin d’accélérer sa stratégie de développement. La société a pour ambition de devenir un acteur qui sera demain la crypto-banque des particuliers.
  • Le premier enregistrement PSAN intervient quelques mois après l’accord par l’AMF d’un premier visa pour une levée de fonds en crypto-monnaies à la French-ICO. L’objectif était de permettre à l’entreprise de promouvoir l’opération auprès du public et des investisseurs.
  • De manière assez inattendue, la pandémie de Coronavirus a accéléré les réflexions autour du déploiement de monnaies digitales de banque centrale. C’est le cas notamment aux Etats-Unis et en France.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus