La Parisienne introduit la co-création dans le ComEx

Conséquence de leur transformation numérique, les grands groupes financiers sont engagés aujourd’hui dans un renouvellement profond de leur organisation. C’est ce que traduit le cas de La Parisienne Assurance qui intègre désormais ses salariés dans ses efforts en revisitant le format du ComEx. Une initiative qui traduit le renversement total d’équilibre induit par cette transformation.

Une nouvelle organisation s’impose aujourd’hui au sein de la société d’assurance La Parisienne. Un « Bespoke Forum » remplacera désormais le comité exécutif et le comité de direction du groupe, en faveur d’une plus grande implication de ses salariés.

Ce « Bespoke Forum » s’inscrit dans la lignée de la méthode « Bespoke » mise en place il y a déjà quelques mois. Le Forum permet l’organisation de réunions hebdomadaires entre salariés, managers et responsables de projet. Chaque salarié pourra en effet proposer un sujet de discussion aux membres du comité de direction et le défendre avec les équipes concernées.

L’objectif de ces réunions est de laisser un espace de discussion à chaque membre de la société afin de valoriser les idées neuves et les compétences personnelles.

Mise en perspective : Dans la continuité de la transformation numérique

La nouvelle initiative de La Parisienne Assurance mêle tout à la fois l’innovation RH, l’organisation et la transformation digitale. Le lancement de Bespoke Forum s’inscrit en effet dans la continuité d’un plan plus large mené depuis 2015 par le groupe, et tourné vers sa transformation numérique.

Intrapreneuriat et démocratie participative pour transformer l’entreprise

Au-delà des efforts de La parisienne en faveur du renouvellement de son organisation interne, cette nouvelle initiative s’inscrit aussi dans une tendance nouvelle : celle de l’intrapreneuriat. D’autres groupes financiers se sont en effet engagés dans cette voie ces derniers mois en France : Crédit Agricole, Société Générale ou encore BNP Paribas par exemple.

Ces grandes manœuvres montrent à quel point les entreprises ont pris conscience des bouleversements que le numérique a induit dans leur organisation, qu’il s’agisse d’offre, de communication, de modèle économique ou de RH. La Parisienne est cependant un des rares cas à s’attaquer à une instance immuable pour y apporter un vent de nouveauté. Elle n’est pas sans rappeler la Macif qui a créé il y a quelques temps un comité d’administration Jeunes.

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus