La Fintech Alma, à l’assaut des petits commerçants

La Fintech Alma, à l’assaut des petits commerçants

LES FAITS

  • Alma est une Fintech française créée en début d’année par l’ancien directeur général Italie de Stripe, Louis Chatriot. Elle vient de réaliser une levée de fonds de 3,3 millions d’euros pour soutenir le développement de son activité.
  • Cette dernière repose sur une plate-forme de paiement en trois fois destinée spécifiquement aux petits web-marchands. Alma se pose ainsi en intermédiaire pour qu’ils reçoivent les différents versements de leurs clients.

  • Business Model : Alma prélève une commission de 1,9 % pour les transactions avec frais et 3,8 % pour du sans frais (mais en contrepartie, elle assure à ses clients tout risque d’impayés).

  • Pour accéder au crédit, aucun prérequis n’est demandé aux acheteurs. Toutefois, en cas de risque, la start-up est capable d’évaluer la solvabilité des acheteurs en se basant sur des données telles que leur adresse mail, numéro de téléphone ou bien, ou même leurs données bancaires.

  • A noter que l’activité de la start-up étant basée sur du rachat de créances, elle dépend de La Parisienne Assurances.

ENJEUX

  • Se faire une place parmi les acteurs traditionnels du crédit. Alma a été imaginée pour permettre aux petits commerçants en ligne de gagner en crédibilité auprès des consommateurs en leur proposant différents moyens de paiement, notamment en trois fois. Selon Louis Chatriot, 40% du chiffre d'affaires généré par les marchands français serait créé par des petits commerçants. C’est pourquoi, il prend le parti de s’adresser à ce type d’acteurs.

  • Tester le marché du paiement. Par ailleurs, la start-up tente de se frayer un chemin sur le marché déjà bien chargé du paiement et ce, tout en restant prudente quant aux régulateurs financiers. En effet, en se lançant sur la voie du règlement fractionné, Alma assure ses arrières et bénéficie ainsi  d’une régulation moins stricte.

MISE EN PERSPECTIVE

  • Le paiement fractionné s'est progressivement bien installé dans le paysage bancaire français. C’est dans ce contexte qu’a été imaginé Alma. Aujourd'hui, environ 90 marchands de divers secteurs (mode, voyages, etc.) utilisent sa solution ; en outre, entre 10 et 20 % des transactions réalisées chez ses clients sont du paiement en plusieurs fois. D’autres acteurs se sont lancés sur le secteur du crédit aux PME à l’image de Kabbage

  • Par ailleurs, la start-up est actuellement en train de tester l'installation de sa plate-forme dans des boutiques physiques, avec pour objectif de pouvoir proposer ce service d'ici quelques mois.

  • Alma compte atteindre 200 clients d'ici à la fin de l'année, et près de 1 000 en 2020.

Actualitées liées

  • Crédit
  • Innovation
  • 23.02.2018

OCR et IA pour renégocier un prêt rapidement

La FinTech suédoise Anyfin, spécialisée dans le refinancement et le rachat de crédit, vient d’annoncer une levée de fonds de 4,8 millions d’euros. Un tour de table mené par Accel et Northzone, mais aussi avec la participation de Global Founders Capit...
  • Crédit
  • Innovation
  • 22.11.2017

Crédit : Lodex redonne le pouvoir aux emprunteurs

Une jeune pousse australienne propose aux emprunteurs de mettre leurs demandes de prêt aux enchères auprès des courtiers et prêteurs, par le biais de sa plate-forme en ligne. Cette initiative représente un changement de paradigme, dans le processus d...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus