La Banque de France testerait une monnaie digitale de banque centrale

LES FAITS

  • Lors d’une journée de conférence organisée par l’Autorité de contrôle prudentiel, la Banque de France a annoncé le lancement d’expérimentations en vue du développement d’une monnaie digitale de banque centrale (MDBC).
  • Objectif : tester une monnaie numérique interbancaire qui pourrait servir de laboratoire pour un éventuel futur « euro digital ».   
  • La Banque de France n’a communiqué aucune information concernant la technologie envisagée. Il s’agirait toutefois d’un euro sous forme numérique dont les mécanismes d’émission pourraient reposer sur des technologies telle que la Blockchain.
  • Pour y parvenir La Banque de France entend travailler avec des innovateurs privés de la place, dans le cadre de son Lab. Elle compte transformer son organisation interne en créant une direction des infrastructures, de l’innovation et des paiements.
  • L’institution souhaite débuter les expérimentations rapidement et lancer un appel à projets d’ici la fin du premier trimestre 2020.

ENJEUX

  • La souveraineté européenne. Après de multiples mises en garde à l’égard du Bitcoin, la Banque de France affirme ne pas être opposée au principe de monnaie digitale, tant que celle-ci est émise par une institution. La France souhaite se positionner en pays pionnier des crypto-monnaies publiques. L’émission d’au-moins une monnaie digitale de banque centrale de gros lui permettrait d’être le premier émetteur au niveau international et de tirer par conséquent les bénéfices réservés à une monnaie digitale de banque centrale de référence.
  • De nombreux avantages. Une monnaie digitale au niveau européen permettrait de disposer d’un puissant levier d’affirmation de souveraineté face aux initiatives des géants de la Tech, au premier rang desquels se trouve Libra. Elle permettrait également de réaliser des gains d’efficacité et de réduire les coûts d’intermédiation.    
  • La digitalisation de la monnaie de banque centrale pourrait toutefois avoir des conséquences négatives sur la liquidité, la rentabilité et l’intermédiation bancaires. Une analyse plus approfondie de la valeur d’une monnaie numérique de banque centrale et de sa conception optimale sera nécessaire. 

MISE EN PERSPECTIVE

  • La Banque de France a été l’une des premières banques centrales à lancer sa propre Blockchain pour le traitement des identifiants de créanciers SEPA.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus