Google Pay sera bientôt disponible en France

Google Pay sera bientôt disponible en France

Alors qu’il était attendu en début d’année, en même temps que Samsung Pay, le service de paiement mobile du géant de la Tech américain n’arrivera pas avant cet automne. Lancé en début d’année aux Etats-Unis et dans certains pays d’Europe (Royaume-Uni, Espagne, Belgique, etc.), le wallet englobe Android Pay et Google Wallet, qui n’ont pas eu le succès escompté.

Google espère réitérer le succès de Tez en Inde, qui a été rebaptisé Google Pay il y a un peu moins d’un mois. Sa solution de transfert d’argents entre amis a convaincu près de 25 millions d’utilisateurs indiens en un an seulement et s’est depuis étoffée d’autres services financiers, comme du crédit.    

Au-delà de l’usage dans l’écosystème Google, dont Gmail, Youtube et Google Store, le wallet permet de payer en point de vente, si le terminal de paiement accepte la technologie NFC. Concrètement, les utilisateurs n’auront pas besoin d’ouvrir l’application, puisqu’il suffit de poser le téléphone sur le terminal pour valider le paiement. Ils auront également la possibilité de régler leurs achats en ligne grâce au bouton « Buy with Google Pay ». A l’instar d’Apple Pay, Google Pay propose à ses utilisateurs de stocker des billets d’avions et des places de concert, depuis juillet dernier.

Le géant américain semble toutefois avoir du mal à s’accorder avec les banques françaises, comme Apple en son temps. Pour l’heure, aucune banque hexagonale n’est listée dans les partenaires du wallet, à l’exception du groupe BPCE qui devrait avoir l’exclusivité dans un premier temps.

Mise en perspective : Les wallets constructeurs peinent à changer d’échelle en Europe

La firme de Mountain View essaie depuis près de dix ans de conquérir les usagers avec ses applications de paiement. La nouvelle offensive mondiale de Google fait suite aux échecs ou semi-échecs de Google Wallet et d’Android Pay. Elle espère trouver son public dans l’Hexagone mais doit pour cela passer des accords avec les banques locales. Le wallet sera confronté à un marché concurrentiel où jouent de nombreux acteurs à l’image de Samsung Pay et Apple Pay qui, pour le moment, domine le secteur. D’après une étude du cabinet Auriemma, en 2017, seuls 4 % des propriétaires de cartes bancaires avaient utilisé Android Pay au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, soit 2 voire 3 fois moins qu’Apple Pay.

En France, comme en Europe, les applications de paiement mobile peinent à décoller et ne parviennent pas à remplacer la carte bancaire et son monopole historique. Dans l’Hexagone, on constate une augmentation de 156 % des transactions en sans contact d’une année sur l’autre. De plus les banques occidentales se montrent réticentes quant au partage des données avec les GAFA. Toutefois, malgré cette résistance, les banques devraient finir par céder à la pression d’une partie de leurs clients, comme ce fut le cas pour Apple Pay.

Actualitées liées

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus