En bref : Libra lancée en janvier, sous un nouveau nom

Le projet Libra passe une nouvelle étape de son développement, avec l'annonce d'un lancement très prochain. Si Facebook prévoit effectivement de lancer sa monnaie virtuelle en janvier prochain, il s'agira probablement d'une version très épurée par rapport aux ambitions du projet initial

Un lancement sur un périmètre réduit

Selon le Financial Times, la crypto-monnaie Libra ne devrait pour le moment être déclinée que dans une seule version, adossée au dollar.

En janvier donc, les consommateurs détenant un compte Facebook auront la possibilité d'utiliser une application autonome pour envoyer et recevoir des jetons LibraUSD. Il leur sera aussi possible de gérer leur portefeuille numérique Novi depuis Messenger et WhatsApp, pour acheter des produits et services.

En termes de géographie, les Etats-Unis et quelques pays d'Amérique Latine devraient être concernés par ce déploiement en avant-première. 

Un nouveau nom

L'association Libra change aussi de nom pour devenir Diem. Un détour marketing qui semble destiné à gommer les difficultés rencontrées jusqu'ici et à accompagner un nouveau départ. 

Pour mémoire, dans le livre blanc paru cet été, Novi annonçait plusieurs versions de Libra : d'abord sa crypto-monnaie, adossée à un panier de devises stables, mais aussi des déclinaisons dédiées à l'euro, au dollar, à la livre, etc. Sa première version sera donc finalement la LibraUSD. Les déclinaisons des autres monnaies, de même que la crypto-monnaie composite pourraient être lancées ultérieurement. La Libra Association aurait revu ses ambitions à la baisse pour rassurer les banques centrales et régulateurs du monde entier.

Dans tous les cas, le lancement définitif ne se fera que lorsque les autorités de régulation suisses auront délivré leur autorisation pour que Libra opère en tant que service de paiement d'une part. Et d'autre part que Novi aura obtenu une licence dans chaque Etat américain pour que ses utilisateurs puissent y stocker des jetons Libra. Facebook est notamment en attente de la bitlicence qui doit lui être délivrée par l'Etat de New York, ainsi qu'une dizaine d'autres.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus