En bref : La néo-banque Vivid prépare son lancement en France

Basée à Berlin, la FinTech Vivid Money vient d'annoncer une nouvelle levée de fonds d'un montant de 15 millions d'euros pour une série A. Elle est soutenue financièrement par Ribbit Capital et le fonds russe de Tinkoff. A la clé ? De quoi financer son expansion en Europe et en particulier en France. 

Vivid Money a été créée en 2019 et a débuté ses activités en 2020. Elle propose ses services en Allemagne depuis une application mobile unique, permettant à ses utilisateurs de gérer leur compte (associé à une carte Metal gratuite) et de réaliser des investissements. Son offre repose sur l'infrastructure de Banking-as-a-Service de SolarisBank.

Ses offres : 

  • Vivid Pay, pour transférer de l'argent vers n'importe quel compte bancaire
  • Le partage de facture
  • Le contôle de ses abonnements (grâce à une technologie d'IA intégrée qui repère les dépenses récurrentes et peut en bloquer certaines selon des règles prédéfinies)
  • Pockets, des sous-comptes dotés de leur propre IBAN virtuel et de leur propre carte virtuelle, permettant aux utilisateurs de gérer leurs finances de manière cloisonnée et de partager certains de ces comptes si nécessaire.

Tarification : 

  • une version gratuite
  • une version premium à 9,90 euros par mois incluant un cash-back plus important, des limites de retraits et de paiements plus élevées, une carte virtuelle gratuite

Vivid mise par ailleurs sur la pédagogie pour aider ses clients à améliorer leur gestion financière, à mettre de l'argent de côté et à mieux comprendre les finances en général. Les comportements vertueux étant par ailleurs récompensés. 

En France, Vivid Money compte déjà des enseignes très connues parmi ses partenaires marchands : Sephora, Nocibe, Bio c'bon, Biocoop, LIDL, ALDI, Franprix, Monoprix, SNCF, FlixBus, Netflix, Nintendo, Spotify ou Playstation. Ces partenaires permettront à l'utilisateur de gagner du cash-back (jusqu'à 10 %), placé sur une Pocket baptisée "Gains et actions" ; les montants seront placés et indexés sur les actions d'entreprises américaines (comme Apple, Amazon ou Starbuck's) permettant au cash-back d'augmenter si le cours de l'action monte.

Cette énième initiative sur le marché de la FinTech européenne se distingue entre autres par la valorisation déjà supérieure à 100 millions d'euros d'une start-up lancée depuis à peine trois mois. Sa série A a en effet été dirigée par Ribbit Capital, une société de capital-risque basée dans la Silicon Valley, spécialisée dans les technologies financières, dont le portefeuille comprend des acteurs de premier plan tels que Robinhood, Nubank et Coinbase.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus