En bref : 25 % des entreprises face au risque de trésorerie suite à la crise

Alors que le second confinement touche quasiment à sa fin en France, il a représenté une nouvelle menace de taille pour les entreprises. La crise sanitaire a globalement très durement touché les entreprises en Europe et dans le monde. L'assureur-crédit Euler Hermes a analysé plus en détail cette situation et dresse un bilan pessimiste mais réaliste.

Ainsi, selon ses constatations, la marge bénéficiaire des entreprises non financières a reculé au premier semestre 2020 de -7 points en France, de -5,2 points en Espagne et de -1,3 point aux Pays-Bas.

Le reconfinement pourrait par ailleurs imputer des pertes d’exploitation en 2020 de -15 à -20 % en moyenne en zone euro, par rapport au niveau d'avant crise. 

En France et en Allemagne, 1 entreprise sur 4 pourrait être en situation de crise du point de vue de sa trésorerie en 2021. En France, près de 860 milliards d'euros de chiffre d’affaires cumulé est exposé au risque de trésorerie, soit 22 % du total du chiffre d’affaires des entreprises non financières françaises.

La situation de crise et les perspectives d'avenir concernant la trésorerie des entreprises représentent un véritable enjeu économique à grande échelle. Afin de remédier au problème, plusieurs solutions ont été mises en oeuvre, offrant des rôles-clés aux gouvernements, aux acteurs du numérique et aux acteurs des services financiers : 

  • aux gouvernements, via les aides d'Etat ;
  • aux acteurs du numérique, car comme le précise une récente étude réalisée par Lloyd's au Royaume-Uni, près de la moitié des micro-entreprises britanniques auraient cessé leurs activités pendant la pandémie si elles n'avaient pas pu s'appuyer sur les canaux numériques ;
  • aux acteurs des services financiers, banques et FinTech, qui ont clairement un rôle-clé à jouer dans l'après-crise grâce à leurs solutions de soutien et de gestion de trésorerie. Par ailleurs, l'Etat français et les organismes bancaires ont prolongé le dispositif de prêt garanti par l'État (PGE) jusqu'au 30 juin 2021, dans la limite de 300 milliards d'euros. 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus