Chine : Allianz lance une application pour les futures mères

Le spécialiste allemand de l’assurance a lancé, en partenariat avec le cabinet Boston Consulting Group, un moniteur de rythme cardiaque fœtal, destiné aux femmes enceintes chinoises. Un objet connecté qui, selon Allianz, est le premier pas vers l’assurance sur un marché d’avenir.

Baptisé XinKaishi, le dispositif de surveillance fœtale utilise une technologie passive, qui ne présente donc aucun danger pour le futur bébé, et ne nécessite pas de gel de transmission ni d’expertise médicale pour fonctionner.

Pour accompagner les mères tout au long de la grossesse, l’appareil se connecte via Bluetooth à une application mobile qui détecte et visualise la fréquence du rythme cardiaque du bébé. Les mères peuvent enregistrer et partager les battements cardiaques avec leurs proches via les réseaux sociaux. Elles ont également accès à une cartographie, pour contrôler l’évolution du rythme cardiaque au cours de la grossesse.  

L’application intègre aussi la présentation de plusieurs services financiers, y compris l’assurance maternité (soins aux patients, frais médicaux, frais de chirurgie en cas de césarienne, etc.), l’assurance maladie familiale et l’assurance-vie en unités de compte. A terme, d’autres annonceurs pourront se greffer à la plate-forme qui se rémunèrera en prélevant une commission de 5 à 15 % sur les produits vendus via l’application.

Notre analyse - Allianz s’intéresse au marché chinois

Il y a quelques mois, AXA annonçait le lancement d’un lab innovation en Chine, où l’assureur ne compte que peu de clients, alors que les investissements dans l’AssurTech y ont explosé. En outre, la Chine est l’un des plus grands marchés du commerce électronique dans le monde, où dominent les produits pour bébé. 16 millions de femme ont accouché en 2015, un chiffre qui devrait augmenter avec la levée de la politique de l’enfant unique. C’est sur ces facteurs que compte Allianz pour accroître sa faible part de marché de 1 %.

Ayant récemment cédé la majeure partie de sa participation dans l’assureur chinois CPIC, Allianz se tourne vers cette niche peu desservie pour assouvir ses ambitions chinoises. Par le biais de l’application XinKaishi, liée à l’objet connecté, l’assureur pourra vendre de nombreux services financiers à la génération Y chinoise.

Disponible uniquement en mandarin, l’application a été téléchargée plus de 30 000 fois et environ 6 000 appareils circulent actuellement sur le marché chinois. En 2017, XinKaishi lancera une application plus personnalisée qui accompagnera les femmes enceintes au-delà de la période de grossesse. Le dispositif devrait s’étendre progressivement aux pays anglophones dans les prochains mois.  

En vidéo : http://www.mykaishi.com/#app

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus