Airbnb et Century 21 réorganisent la sous-location

Airbnb et Century 21 réorganisent la sous-location

Répondre aux besoins réels grâce aux nouvelles technologies, et en dépit des carcans imposés par la « vieille économie ». C’est la promesse que portent depuis des années maintenant les acteurs alternatifs de l’économie collaborative notamment. Airbnb en a fait sa devise sur le marché de l’immobilier ; mais un partenariat avec un acteur historique du secteur lui permet aujourd’hui d’aller encore plus loin.

Le partenariat d’Airbnb et Century 21 se matérialise par la mise en place d’une nouvelle relation tripartite entre les locataires et propriétaires utilisant les services d’Airbnb et les agences immobilières Century 21. Il vise à encadrer la sous-location et à mieux répartir les bénéfices de cette pratique illégale.

Le service est ouvert aux locataires et propriétaires dont le bail aura été conclu auprès d’une agence Century 21. Ces derniers pourront désormais faire de nouvelles demandes de bails autorisant la sous-location, via Airbnb, auprès de leur agence. Un locataire demandeur s’adresse ainsi à Century 21 qui se charge d’obtenir l’accord du propriétaire avant de mettre une annonce en ligne sur Airbnb.

Le locataire gère ensuite les sous-locations selon ses disponibilités, dans la limite de 120 jours par an. Les revenus de cette sous-location sont ensuite répartis : 23 % pour le propriétaire, 7 % pour l’agence et 70 % pour le locataire.

Mise en perspective : Association de force inédite pour satisfaire les besoins réels

Airbnb et Century 21 signent aujourd’hui un accord inédit marquant le rapprochement entre une agence immobilière historique et un acteur de la « nouvelle » économie collaborative. Un premier test sera mené à Paris à la rentrée avant un déploiement éventuellement plus large de l’offre.

Les deux acteurs défendent une approche ingénieuse pour réguler les habitudes réelles des consommateurs. Ils encadrent par la même occasion une pratique courante bien que souvent pratiquée de manière illégale (sans l’accord écrit des propriétaires). Ce tour de force est rendu possible grâce à un modèle économique intelligent, basé sur ce qui fait l’essence même de l’économie collaborative : le partage (des revenus en l’occurrence).

Un pacte gagnant/gagnant

Les agences y trouvent leur compte en se réintroduisant sur un marché qui leur échappe ; tout comme Airbnb, qui se met en conformité avec la loi, à bon compte, alors que la plate-forme a été assignée en justice plusieurs fois pour location illégale de meublés.

Actualitées liées

  • Innovation
  • Relation client
  • 28.03.2017

Welkeys lance une conciergerie premium

Welkeys, spécialiste des services de conciergerie, annonce le déploiement d’une offre premium au service des propriétaires de location saisonnière. La plate-forme agrège une multitude de services pour simplifier la vie des propriétaires de biens immo...
  • Mobilité
  • Crédit
  • Innovation
  • 08.10.2018

GoMore propose LLD et LOA aux particuliers

Après une phase de test de trois mois, la start-up danoise de covoiturage GoMore complète ses services avec des offres de location longue durée (LLD) et de location avec option d’achat (LOA). Proposées en partenariat avec le groupe BNP Paribas, celle...
  • Crédit
  • Innovation
  • Crédit-bail
  • 21.11.2017

Quasiaqui adapte la LOA au crédit immobilier

Le modèle de la Location avec Option d’Achat doit il seulement se limiter au marché de l’automobile et des biens mobiliers ? La réponse est non pour la start-up Quasiaqui qui propose de l’adapter à l’achat immobilier.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus